Connexion
L'édito de l'association
Tauromachies universelles : le film d'André VIARD

 

Voici le film d'André VIARD qui est un travail sérieux, colossal et documenté sur l'évolution des différentes formes de tauromachies des origines à nos jours. Un travail de diffusion et de transmission dans lequel l'AFAP s'inscrit pleinement.

Enrique PONCE Explications techniques

Tous les quites au capote réalisés par El Juli

Qu'est ce que se croiser selon Manzanares père.

 

Contrairement à ce que pensent de façon dogmatique certains aficionados qui affirment qu'il faut être croisé sur chaque muletazo, José María Manzanares père explique que l'on ne peut à la fois lier les muletazos et être croisé en même temps. C'est techniquement et physiquement impossible de se recroiser sur un toro qui répète. C'est sur le premier muletazo que le torero est croisé, mais sur les suivants il laisse la muleta devant pour que le toro répète et il est à l'îlot du piton. Le torero se croise sur chaque muletazo quand il est face à un toro qui ne répéte pas. Les muletazos sont alors donnés un à un en se recroisant chaque fois pour que le toro embiste car c'est un toro arrêté.

Ce discours parle particulièrement aux practicos qui   expérimentent face à l'animal ces situations et se rendent compte de la véracité de ces propos, d'autant plus que les professionnels qui les encadrent, comme le matador de toros Denis LORE, leur demandent de mettre en pratique devant le bétail ces principes qu'ils ont vus en cours.

Yvan FANDINO

Yvan FANDINO nous a quitté tragiquement ce 17 juin 2017 suite à un coup de corne reçu dans les arènes d'Aire-sur-Adour après un quite sur un toro de Baltazar Iban. 

L'ensemble des membres de l'Association Française des Aficionados Practicos est très touché par cette disparition et s'associe à l'immense douleur de la famille. Nous leur adressons toutes nos sincères condoléances.

Cela nous montre encore une fois à quel point nous devons le respect aux hommes qui se vétissent de lumière car la beauté du toreo est intrinsèquement liée au danger et à la tragédie.

Repose en paix maestro.

La Corrida, effraction salutaire livre de Jacques TEiSSIER

 

Le livre de Jacques TEISSIER sur la corrida comme effraction salutaire , dépasse le simple cadre de l'aficion et du monde de la tauromachie.

Il est une réflexion et une interrogation humanistes sur nos propres valeurs, notre rapport à la vie, à la mort, à l'animalité, à la spiritualité, aux sens de nos actes que nous tenons pour évidents. Il montre que la corrida est une effraction car c'est une rupture avec des évidences véhiculées par la société moderne.

Une effraction salutaire car ces évidences ne sont pas aussi innocentes qu'on pourrait le croire.

Pourquoi l'homme affronte-t-il encore au vingt-et-unième siècle cet animal le taureau, qui peut lui ôter la vie ?

Pourquoi cet acte est-il encore aujourd'hui porteur de sens ? Quelle vérité cela lui apprend-il sur lui-même ?


Face au danger et à la mort, il n'y a plus moyen de mentir, l'authentique courage apparaît. L'homme dépasse sa peur, il utilise l'étoffe (cape et muleta) et sa technique (la lidia ) pour canaliser la violence brute du taureau et la mettre en forme. De cette mise en forme, l'homme fait naître de l'art (ce qui est le propre de l'homme). Il fait une faena , c'est-à-dire qu'au risque de sa vie, il canalise la charge du taureau pour en faire quelque chose d'esthétique et d'artistique.

Jacques TEISSIER s'interroge également sur : pourquoi le spectateur va-t-il encore aux arènes en 2018 ?


Pour voir apparaitre ce qu'est le duende , cet instant de grâce où le mouvement du taureau et du torero s'accordent parfaitement et où l'inspiration survient. C'est un moment où : « le mystère se laisse percevoir mais il reste insaisissable, comme pour nous faire goûter à quelque au-delà, à un ailleurs indéfinissable, qui nous habite et nous dépasse à la fois. »

Ce livre fait preuve également d'une grande honnêteté intellectuelle car il s'interroge sur le bien fondé des arguments des animalistes et reconnait que la problématique du bien-être animal mérite d'être considérée notamment en ce qui concerne les conditions d'élevage et de transport.

Il montre également d'où vient la dérive animaliste : le mode de vie de l'homme moderne est essentiellement urbain, il a perdu le contact avec le monde rural. L'animal de compagnie que l'on côtoie n'a pas le même mode vie que celui de l'animal sauvage.

Le taureau de combat n'est pas cet animal de compagnie humanisé à outrance mais un animal sauvage qui a l'instinct du combat pour défendre son territoire. L'animal peut avoir certains droits mais il ne peut être mis à la même place que l'homme.

Ce livre est donc un humanisme, il nous fait toucher ce qui fait de l'Homme un humain.

Recension : Christophe DE VOS.

De l'envie de toréer aux éditions du Diable Vauvert

Héros ? Inconscients ? Sadiques ?…
De l'admiration au dégoût, on entend vraiment tout et son contraire à propos des acteurs de la corrida.
Torero purement amateur, Christophe DE VOS a tiré parti de sa formation philosophique pour réfléchir à sa propre expérience et tenter de la clarifier.
Sa démarche est d'autant plus intéressante qu'il ne peut attendre de sa pratique tauromachique ni honneur ni argent :
en ce qui le concerne, elle vaut par elle-même.
Qu'est-ce donc qui peut donner à quelqu'un l'envie de "sortir" devant un taureau ? Voilà la question.
Curieusement, elle n'a jamais été traitée pour elle-même.
Tout au plus trouvera-t-on, de-ci de-là, quelques traits dans la bouche de tel ou tel taurin, ancien ou moderne.
Il est toujours délicat de mettre des mots sur une passion forte.
Christophe DE VOS relève le défi avec brio, et à peu près sans jargon ce qui le rend accessible à tout un chacun.

Il souligne d'abord ce qu'il appelle la dimension humaniste de l'acte tauromachique : depuis la préhistoire, le taureau fascine l'Homme,
mais c'est l'Homme qui torée le taureau et non l'inverse ! Ce n'est pas qu'il soit indifférent à la position des animalistes.
Mais il questionne leur vue idyllique de la nature : pas de vie "naturelle" équilibrée sans prédateurs.
Ce n'est pas la prolifération dommageable des sangliers dans nos garrigues du Midi ni celle des cervidés dans nos forêts cévenoles qui le contrediront.
Christophe DE VOS ne reconnaît aucune pulsion sadique dans son envie de toréer. Elle serait plutôt une version originale du "Connais-toi toi-même" socratique. Le taureau est bien trop violent, son comportement bien trop complexe et s'y adapter est bien trop subtil
pour que, face à lui, on puisse se mentir à soi-même ou mentir aux autres.
Le taureau demande à l'Homme un courage et une intelligence intuitive tout à fait exceptionnels.
D'autant plus que personne ne s'est jamais mis devant un taureau sans recevoir un jour ou l'autre une "rouste" mémorable dont son corps gardera toujours la trace.
Pourtant, Christophe DE VOS considère que toréer n'est pas seulement une technique, un courage, une intelligence.
Pour lui, en dernier ressort, toréer est une recherche de beauté. Une beauté qui a autant de visages que d'interprètes, aussi bien amateurs que professionnels.
Une beauté qui exprime une mystérieuse profondeur de l'Homme, tellement rabotée par nos modes de vie actuels…

Amateur de tauromachie, on peut avoir une sensibilité plutôt torerista ou plutôt torista , selon qu'on s'intéresse de façon privilégiée à l'expression du torero ou à la combattivité du taureau.
Mais quoi qu'il en soit, quelle chance d'avoir accès à l'expérience du torero, telle qu'il la vit réellement…
du moins si l'on accepte de ne pas faire de sa sensibilité première un dogme.

On peut, au contraire, ne pas aimer la tauromachie. Et même la combattre. Mais encore faut-il chercher à savoir de quoi on parle,
sans plaquer sur elle des postions purement idéologiques ou des réactions purement affectives.
Voilà un livre éclairant. En donnant accès à une réalité peu visible, il dérange bien des dogmatismes tauromachiques ?
Ce n'est pas son moindre mérite ! Il mérite d'être lu.

Jacques Teissier

 

Film des actions quartiers 2017 - 2018

Dans le cadre du contrat de ville 2017 , ce second film De mon quartier aux arènes de Nîmes, retrace les différentes interventions de l'AFAP au coeur des quartiers de la ville de Nîmes pour faire découvrir la culture régionale la tauromachie. Film réalisé par Brothers Pictures. Les jeunes Ilies ,DImitri et Simon font leurs premiers pas taurin. L'AFAP remercie le ville de Nîmes.

Film des actions quartiers 2016

 

Ce film,  réalisé par Kevin DOMINGUEZ,  relate l'ensemble des actions de diffusion et de transmission des différentes formes de tauromachie, menées par l'Association Française des Aficionados Practicos, dans les quartiers Nîmois et au campo au cours de la saison 2016 . Il a été projeté en juin 2016 en présence d'élus au puit Cochoux à Nîmes. Les habitants des quartiers ont pu lors de ces actions, découvrir les traditions régionales et le toro dans son élément naturel.

Nouveau cadre
Mentions légales